Des voies variées

140 milliards d’€ de chiffre d’affaire, 1,4 million de salariés : le poids du BTP dans l’économie française est considérable.

Les différents secteurs du BTP constituent un marché de l’emploi très important.
Les formations en génie civil ont vocation à préparer les futurs professionnels à exercer dans ces différents secteurs, sur des postes à niveaux de responsabilité variés.


 

Les formations Universitaires en Génie Civil

Les formations Universitaires en Génie Civil Les formations Universitaires en Génie Civil préparent à des diplômes de niveau Bac+2 à Bac+8 par la voie de la formation initiale ou continue ainsi que par l’apprentissage.

Les formations sont professionnalisées (DUT, licences professionnelles, masters) ou dédiées à l’enseignement et la recherche (Licences, masters, doctorat). Enfin, les établissements supérieurs proposent également la VAE (validation des acquis de l’expérience) et la VAP (validation des acquis professionnels).

Notre site permet leur identification soit par type de formation, soit en consultant les annuaires.

Les responsables de formation peuvent publier une nouvelle formation ou modifier une formation existante.

Les Instituts Universitaires de Technologie (I.U.T)

Les Instituts Universitaires de Technologie (I.U.T) sont des instituts liés aux universités qui forment des techniciens de niveau bac + 2. Les I.U.T. préparent les étudiants au D.U.T. (Diplôme Universitaire de Technologie). Ce diplôme permet de s'insérer dans la vie active ou de poursuivre des études.

Les études se déroulent sur deux ans, comportent deux stages en entreprise (en France ou à l'étranger) et 1800h de formation académique. La deuxième année offre un enseignement diversifié avec trois options : Bâtiment, Maîtrise Energétique et Environnementale, Travaux Publics et Aménagement . L'enseignement est assuré par des enseignants permanents ainsi que par des intervenants extérieurs (ingénieurs et cadres du BTP).

L'accent est mis sur la qualité de l'encadrement et le travail en petit groupe. Les matières enseignées sont regroupées en unités d'enseignement sur deux années.

Ils permettent de s'insérer dans la vie active ou préparent les étudiants au D.U.T

Consulter l'annuaire des I.U.T

Les licences professionnelles

Les licences professionnelles actuellement habilitées sont des formations en un an (deux semestres) ; elles sont ouvertes aux titulaires d'un bac + 2 (2ème année de Licence, BTS, DUT). Plusieurs dizaines de licences professionnelles du secteur du BTP couvrent tous les domaines du génie civil : de la conception à la gestion de production en passant par le contrôle qualité, la gestion de patrimoine, l'économie de la construction et la gestion des risques... Cette diversité correspond à un souhait de la profession de voir émerger des formations spécialisées à bac+3 et destinées à des métiers précis. Les maquettes pédagogiques de ces licences représentent en général 450 h de formation, 150 h de projet tuteuré, 12 à 16 semaines de stage en entreprise.

Ces formations à fort caractère professionnel n'ont pas pour finalité de conduire à une poursuite d'études. De nombreuses licences professionnelles sont proposées en contrat d'apprentissage ou contrat de professionnalisation.

Elles sont destinées à une insertion professionnelle directe.

Consulter l'annuaire des licences professionnelles

Les licences

Les Licences sont des formations en trois ans de niveau Bac+3 organisées au sein des Universités.

Elles visent à contribuer à la formation des maîtres de l'enseignement secondaire, des chercheurs et enseignants-chercheurs en Génie Civil (après une formation en master et en doctorat).

Elles forment aussi des cadres techniques du BTP (insertion directe ou après une formation complémentaire en master).

Elles sont destinées à une insertion professionnelle directe.

Consulter l'annuaire des licenses

Les masters

Les masters sont des formations de niveau Bac+5 créées en 2002 dans le cadre de l'espace européen de l'enseignement supérieur. Ils se sont progressivement substitués aux maîtrises, IUP, DESS et DEA.

L’accès en première année de master est généralement sélectif et requiert un niveau Bac+3.
Dans la plupart des cas, la première année est commune à plusieurs spécialités.
La seconde année est spécialisée. Elle peut avoir une orientation professionnelle pour viser une insertion directe dans le monde du travail ou une orientation recherche pour préparer une admission en thèse de doctorat.
Certaines spécialités sont toutefois mixtes (professionnelles et recherche).

Consulter l'annuaire des masters

Les écoles d'ingénieurs

Les formations dans les écoles d'ingénieurs conduisent à la délivrance d'un diplôme d'ingénieur, titre reconnu et protégé par le code de l'éducation. Les voies de formation sont variées et accessibles par concours sur épreuves ou par dossier et entretien à différents niveaux (généralement, Bac, Bac+2, Bac+3 et Bac+4).

Les cursus sont variés : formation traditionnelle, formation par l’apprentissage, formation continue. La durée du cursus varie selon les voies de formation.

Elles sont normalement destinées à une insertion professionnelle directe.

Consulter l'annuaire des écoles d'ingénieurs

Le doctorat

Le doctorat est une formation à et par la recherche, et à l'innovation de niveau bac+ 8. La formation s'effectue au sein d'écoles doctorales accréditées par le ministre en charge de l'enseignement supérieur. Le doctorat se prépare en trois ans après l'obtention du diplôme national de master ou sur la base de la reconnaissance d'un niveau équivalent. Il permet d'obtenir, après soutenance d'une thèse, le grade de docteur.

Durant les années de thèse, les doctorants suivent des formations complémentaires dispensées par des spécialistes du milieu de l’entreprise : aide à l’insertion professionnelle, gestion de projet, management, qualité, communication, langues, ouverture à l’international. Par ailleurs, la participation à des séminaires, à des conférences nationales ou internationales permet aux doctorants de constituer un réseau de relations qu’ils pourront mettre à profit dans le cadre de leur futur emploi.

Les doctorats bénéficient d'une allocation de recherche dont les sources de financement sont diverses : bourses nationales (MENSR) ou régionales, conventions CIFRE (ANRT) dans le cadre de collaborations université-entreprise, projets de recherche (ANR, Europe, …). Cette allocation permet au doctorant de se consacrer pleinement à ses travaux de recherche et à la préparation de sa thèse.